Joseph-Bernard Gastinel

 
 

Draguignan, 1811 – Marseille, 1899
Un pharmacien en Égypte

Joseph-Bernard Gastinel (archives départementales du Var)
Joseph-Bernard Gastinel (archives départementales du Var)

Après un apprentissage chez un pharmacien de Draguignan, Gastinel poursuit sa formation médicale à Marseille. En 1835, il part pour l’Égypte de Méhémet Ali où le médecin marseillais Antoine-Barthélemy Clot fait venir des médecins et des pharmaciens d’Europe. Gastinel prend un poste à l’hôpital militaire d’instruction.

Après son entrée au service du gouvernement comme chef du département pharmaceutique des hôpitaux civils, sa carrière connaît une ascension rapide. Il est chargé de la direction du laboratoire de la pharmacie centrale destiné à approvisionner les pharmacies des hôpitaux, des régiments et des provinces. C’est à ce titre qu’il présente aux Expositions universelles de Paris et de Vienne une sélection de médicaments et de produits pharmaceutiques.

Auteur de nombreuses études, il isole le principe actif du haschisch dans des buts thérapeutiques et s’attache à obtenir un opium de qualité pour les hôpitaux. Il est également à l’origine de la fondation d’établissements thermaux en Égypte.

Gastinel s’intéresse à la naturalisation de différentes espèces végétales et prend la direction du nouveau jardin d’acclimatation du Caire. Il mène des travaux sur les moyens de perfectionner la production de coton, de café et de tabac, sur l’amélioration de la qualité des blés et des engrais.

Retraité, gradé du plus haut titre de la hiérarchie ottomane, celui de Pacha, Gastinel rentre en France en 1889 et se fixe à Marseille. Il donne au musée de sa ville natale une petite collection d’ethnographie égyptienne et des documents imprimés et manuscrits à la bibliothèque.