Les missions scientifiques du XIXe siècle : artistes et voyageurs

 
 

À la suite de l’expédition d’Égypte (1798-1801) et de la création de la Société de géographie (1821), des expéditions scientifiques sont organisées, comme celle de Hommaire de Hell qu’accompagne le jeune Jules Laurens en tant que dessinateur, pour découvrir l’origine des mer Noire, d’Aral et Caspienne. Les objectifs de ces missions ne sont pas seulement scientifiques, mais aussi politiques, car destinés à renseigner la France sur la situation politique et sociale de l’Empire ottoman et de la Perse.

La posture des artistes voyageurs, comme Pascal Coste ou Jules Laurens, est complexe ; souci de rendre compte de l’architecture pour participer à l’écriture de son histoire, attachement au pittoresque hérité des missions du baron Taylor (1789-1879) en France, mais aussi en Égypte, au Sinaï avec le peintre Dauzats, en Palestine, en Syrie et au Liban, et goût pour la couleur et son éclat sont autant de caractéristiques qui imprègnent leur démarche. Posture augmentée du désir de découvrir des paysages et des villes auxquels ils ont envie de donner corps par le dessin sur le motif.