Jules Laurens

 
 

Carpentras, 1825 – Saint-Didier, Vaucluse, 1901
Le voyage d’une vie

Jules Laurens (Wikisource, Portrait par Félix Bracquemond)
Jules Laurens (Wikisource, Portrait par Félix Bracquemond)

Dans le cadre de la mission scientifique dirigée par le géographe Xavier Hommaire de Hell, membre de l’Académie des sciences, Jules Laurens voyage de 1846 à 1849 en Europe orientale, en Grèce, en TAnatolie puis en Perse, en tant que dessinateur.

Passant par Malte et Smyrne (Izmir), la mission atteint Istanbul puis part pour la Perse, suivant un itinéraire alors rarement emprunté par des Européens. Après sept longs mois de voyage, la caravane parvient à Téhéran où elle est reçue par le shah. Laurens connaît un certain engouement à la cour, et réalise plusieurs portraits. Il dessine également les monuments de la nouvelle capitale iranienne, fondée en 1789.

Sur le chemin du retour, Hommaire de Hell meurt à Ispahan. Son journal de voyage, augmenté des dessins de Laurens, paraîtra de manière posthume. Malgré l’échec de la mission, Laurens rapporte plusieurs centaines de croquis (monuments historiques, vie quotidienne des habitants), des dessins et des aquarelles, qui vont nourrir son activité artistique pour le reste de sa vie.

Son atelier parisien devient un véritable salon littéraire, où se croisent Prosper Mérimée et Théophile Gautier, mais aussi Gustave Doré, des peintres orientalistes ainsi que des savants comme l’égyptologue Prisse d’Avennes.

Jules Laurens et sa veuve donnèrent à Carpentras de nombreux dessins, tableaux et objets d’art qâjâr rapportés de son voyage.