Conclusion

 
 

L’orientalisme, comme mouvement d’inspiration pour les arts décoratifs, la littérature et la musique, participe de l’éclectisme de la fin du XIXe siècle : où des savoirs, liés notamment à l’écriture de l’histoire, deviennent des sources pour les artistes et les créateurs qui y puisent de nouveaux modèles pour l’ornement, mais aussi des modalités techniques pour la production de leurs œuvres. Tel sera notamment le cas du céramiste Théodore Deck, dont plusieurs œuvres sont conservées dans les musées de Marseille, et qui s’intéresse tout autant aux techniques céramiques développées par les ateliers du monde islamique, qu’aux formes et aux décors des objets de l’espace méditerranéen.

Dans le domaine de la peinture, le peintre Eugène Delacroix est également marqué par cet éclectisme des sources historiques et littéraires. Son voyage en 1832 au Maroc fait de lui un artiste voyageur et collectionneur d’objets d’art ou relevant de l’ethnographie du monde méditerranéen contemporain, qu’il réutilise ensuite dans ses compositions orientalistes. Il en est de même ici avec le Portrait de Loubon en oriental par Honoré Boze. La création de la Société des artistes orientalistes en 1893 marque un tournant dans l’histoire de la peinture académique.

En ce début du XXIe siècle, le développement des sciences humaines et les facilités d’échanges d’information, et parfois aussi de voyages, dans l’espace euro-méditerranéen conduisent à une réévaluation de la valeur culturelle et artistique des collections méditerranéennes. L’attachement familial à telle ou telle région de ce vaste espace de référence, et la mobilité accrue des individus, marquent nombre d’histoires de vie depuis la seconde moitié du XIXe siècle, pour une bonne partie des populations d’Europe et de Méditerranée, qui vivent aujourd’hui dans le Midi de la France.

Ainsi, le patrimoine méditerranéen des bibliothèques et musées de notre région mérite-t-il une diffusion élargie. De nouveaux usages du patrimoine semblent effectivement nécessaires pour structurer les mémoires et la diversité des identités culturelles présentes dans nos sociétés d’aujourd’hui.

Théodore Deck, Bassin ou cache-pot (Marseille, musée des arts décoratifs, inv. (...)
Théodore Deck, Bassin ou cache-pot
(Marseille, musée des arts décoratifs,
inv. C 1615)