Nicolas-Claude Fabri de Peiresc

 
 

Belgentier, Var, 1580 – Aix-en-Provence, 1637
L’essor des études orientales

Peiresc (bibliothèque Méjanes, portraits)
Peiresc (bibliothèque Méjanes, portraits)

Érudit universel, Peiresc fut surnommé « Prince des Curieux », « Procureur général de la République des lettres ». Intéressé par tout, il fut à la fois géologue, archéologue, philologue, historien, juriste, numismate, anatomiste, naturaliste, botaniste, astronome... À Belgentier, il modela sa maison en villa à l’italienne et cultiva des plantes du Levant (anémones de Chalcédoine), d’Égypte (papyrus), de Perse (lilas), des Indes (jasmins, lauriers-roses). Il passa une grande partie de sa vie à Marseille et à Aix-en-Provence dans l’hôtel de Calas qu’il avait transformé en bibliothèque et en cabinet d’antiquités et de curiosités, avec un observatoire au dernier étage.

Villes d
Villes d'Orient où se trouvent des correspondants de Peiresc

Sa collection de 17 000 médailles d’Europe et d’Orient était l’une des plus considérables de son temps. Il publia peu, mais correspondit avec tous les grands esprits de son temps - plus de 10 000 lettres furent échangées. C’est par eux, et pour eux aussi, qu’il se procurait objets et documents, activant ses réseaux d’amis et de marchands, sollicitant les voyageurs, les diplomates, les missionnaires…

Outre le latin et le grec, sa connaissance de l’hébreu, du samaritain et du copte lui permit d’explorer plus particulièrement l’histoire et la culture du monde méditerranéen et de s’intéresser à l’édition de la Bible polyglotte de Paris.

Rassemblant les matériaux nécessaires à ses recherches sur les langues et l’histoire du Proche-Orient ancien et moderne, Peiresc peut être considéré comme le précurseur des savants orientalistes en Provence.