Claude Sicard

 
 

Aubagne, 1677 – Le Caire, 1726
Un précurseur de la « description » de l’Égypte

Alors que l’Égypte est encore terra incognita, le jésuite Claude Sicard appartient à un groupe de « curieux » provençaux et parisiens qui s’intéressent aux objets égyptiens et aux manuscrits coptes des communautés chrétiennes d’Égypte.

Polyglotte remarquable, il append la langue arabe à Tripoli en Syrie, et connaît le latin, le grec, le syriaque, l’hébreu et l’italien. Supérieur de la mission jésuite d’Alep (Syrie), puis de celle du Caire, il entretient des liens avec des marchands et collectionneurs marseillais.

Ses missions dans la perspective de convertir la communauté copte l’amènent à effectuer en Égypte plusieurs voyages qui apportent de ce pays une connaissance jamais atteinte. On lui doit la première description de l’Égypte digne de ce nom, ainsi que la redécouverte des sites tels que le Sérapéum de Saqqâra, Antinoopolis, Abydos, Dendara, Thèbes, Esna, mais aussi d’avoir facilité l’envoi d’objets égyptiens en Provence.