Les coups de cœur des bibliothécaires

Publié dans À l’affiche

► MUSIQUE & DVD

ALELA DIANE
Cusp
All points, P. 2018

“J’étais tout le temps à la maison avec mes enfants, il n’y avait aucune place pour créer des chansons dans ce contexte. J’ai postulé pour rejoindre une résidence d’artistes à côté de Portland et j’ai été acceptée. Le piano m’a offert une toile de fond différente, qui a influencé ma manière d’écrire et l’émotion qui s’en dégage. Contre toute attente, j’ai aimé ça alors que cet instrument me mettait mal à l’aise à une époque. Mes premiers albums avaient des influences country et americana, tandis que celui-ci sonne comme un classique inspiré de Carole King ou des auteurs-compositeurs des années 70.”

SHAME
Songs of Praise
Dead Oceans, P. 2018

Ces anglais de Brixton, un quartier de Londres, se sont rapidement fait remarquer sur les scènes des festivals comme un des groupes les plus excitants du moment. Le public français attendait la sortie de l’album avec impatience. Un son glacial et une vraie fièvre habite leurs compositions, les chansons ont gagné en puissance, les guitares en finesse. Leur jeunesse revigore un post-punk libre et impertinent.


L’homme aux mille visages,
film espagnol de Alberto Rodriguez, 2016

Francisco Paesa, ex agent secret espagnol, est engagé pour résoudre une affaire de détournement d’argent risquant d’entrainer un scandale d’Etat. L’homme y voit l’opportunité de s’enrichir tout en se vengeant du gouvernement qui l’a trahi par le passé. Débute alors l’une des plus incroyables intrigues politiques et financières de ces dernières années : l’histoire vraie d’un homme qui a trompé tout un pays et fait tomber un gouvernement.

Cette arnaque de haut vol, tirée d’un fait divers, Alberto Rodriguez la reconstitue comme un thriller plein de punch. Son récit, dopé à l’humour noir, est puissamment addictif, malgré sa complexité — c’est un tour de force de réussir à ne pas égarer le spectateur dans un tel labyrinthe de manipulations croisées et de coups de billard à trois bandes. Il est, aussi, d’un machiavélisme redoutable. Car rien n’est jamais sûr dans cette histoire, dont on sait, dès la première séquence, qu’elle contiendra « des mensonges »…

POLINA Danser sa vie
Un film de Angelin Preljocaj
avec Juliette Binoche, Niels Schneider, Anastasia Shevtsova
TF1 Vidéo 2017

Adapté de la bandes dessinée à succès de Bastien Vivès, Polina trace le portrait d’une jeune ballerine qui s’échappe de l’enseignement classique pour rejoindre le monde libre de la danse contemporaine. Elle décide de tout quitter et rejoint Aix-en-Provence pour travailler avec la chorégraphe Liria Elsaj. Un film qui offre l’occasion rare de pénétrer dans le monde fermé de la danse contemporaine, illuminé par les chorégraphies d’Angelin Preljocaj.

L’odeur de la mandarine
Un film de Gilles LEGRAND
avec Olivier Gourmet et Georgia Scalliet
Metropolitan, cop. 2016

Un film au sujet délicat. Eté 1918, la guerre fait rage, Charles et Angèle nouent une relation, tous deux unis par le besoin de se reconstruire, lui après avoir perdu une jambe à la guerre et elle son mari. Mais tout n’est pas simple … jusqu’à l’évidence de la passion qui les lie. Magnifiée par la photo d’Yves Angelo, une histoire d’amour chaotique bouleversante.